Attn! Always use a VPN when RSSing!
Your IP adress is . Country:
Your ISP blocks content and issues fines based on your location. Hide your IP address with a VPN!
Bonus: No download restrictions, fines or annoying ads with any VPN Purchased!
Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


(Page 1) | 2 | 3 | .... | 6 | newer

    0 0


    Laissez-moi vous parler de la guerre civile américaine ! Justement parceque cette dernière, plus que tout autre, tord le cou aux clichés antisémites. Mais si, souvenez-vous, le fameux couplet du goy soldat sacrifié sur les champs de batailles pendant que le juif apatride était exempt, trop occupé à s’enrichir en finançant les ventes de canons. L’odieux banquier juif, toujours de connivence avec le complexe militaro-industriel. Bizarrement le banquier protestant (ex : JP Morgan) ou catholique (ex : Merrill Lynch ou Bank of America), est toujours absent de ce tableau.

    Si on devait suivre la logique des antisémites, un juif capable de prendre les armes pour défendre un monde rural traditionnel, se battre au côté d’une élite aristocratique, s’opposer à la globalisation industrielle et son cortège d’emprise bancaire, cela ne peut pas exister ! Eh bien si ! Ce fut le cas de tous ces juifs ayant portés haut les couleurs du "Stainless Banner", le drapeau sudiste.

    Inutile de chercher des poux aux juifs sur la question de l’esclavage, comme les membres de toutes les autres confessions pendant la guerre civile, ils se sont divisés entre pro et anti, pas de différence !

    J’en profite, au passage, pour démonter cette doxa médiatique, au sujet de l’esclavage qui n’a jamais été l’enjeu de départ de cette guerre. Un rappel en chiffres relativise d’ailleurs ce faux prétexte, mis à posteriori sur la table par Lincoln en 1863 (soit deux ans après le début de la guerre) : seulement  4,8 % de la population des états confédérés possédait des esclaves, la moitié disposait de 5 esclaves ou moins, 110 000 personnes en avaient plus de 50 et juste 3 000 d'entre eux, plus de 100. On pourrait aussi citer ce noir affranchi qui était le plus grand propriétaire d’esclaves en Virginie. Même des tribus indiennes, notamment en Louisiane, possédaient des esclaves noirs, eux qui pratiquaient l’esclavage depuis bien longtemps entre eux. 
    Tiens, cela me fait penser à Poutine sortant d’un chapeau le prétexte du nazisme pour envahir ses voisins d’Ukraine, alors que son pays l’est tout autant. 
    Ce même Lincoln qui, 3 ans avant le déclenchement des hostilités, affichait fièrement son racisme totalement assumé (dommage que Spielberg n’ait pas eu l’honnêteté de le rappeler dans son film) : « Je ne suis pas ni n’ai jamais été pour l’égalité politique et sociale entre les noirs et les blancs (…) je n’ai jamais été pour faire des nègres des électeurs (…) ni leur permettre de se marier avec des blancs (…) il y a une différence physique entre la race blanche et la race noire qui interdira pour toujours aux deux races de vivre ensemble dans des conditions d’égalité sociale et politique (…) » Ca calme non ? Que dire de la famille de madame Lincoln, connue pour sa possession d’esclaves, alors que celle du Général Lee avait affranchi les siens. La propre famille de  Ulysses Grant était aussi impliquée dans la spéculation du coton et possédait des esclaves !

    Étonnement les juifs confédérés se sont bien mieux illustrés au combat que leurs homologues du nord ! Et pour cause, l’antisémitisme était largement plus répandu dans le nord, la haine du juif était même monnaie courante. Le 17 décembre 1862 connaîtra une des pire infamie antisémite : Ulysses Grant publie la fameuse "Ordonnance générale n ° 11" exigeant l’expulsion des juifs des territoires conquis, les accusant de trafic. Un mois avant, il en avait déjà publié une en ces termes « aucun juif ne doit être autorisé à circuler (…) ils sont une nuisance intolérable». Le 11 août 1862, le général William Tecumseh Sherman prévenait le quartier général de l’Union que « le pays va grouiller dans la malhonnête si les juifs continuent à commercer ». Lincoln démentira plus tard avoir cautionné tout cela, après une tentative pour faire croire à un manque de rigueur de sa part.

    Dans le "Chicago Tribune" de juillet 1862, on peut lire un article expliquant comment « les Israélites se sont abattus sur la ville (Menphis) comme des sauterelles (...) chaque bateau apporte son lot de la fraternité des nez-crochus». Le New York Times fustigeait le Parti démocrate anti-guerre pour avoir un président qui était « l'agent des banquiers juifs étrangers».

    A l’inverse, les juifs du sud étaient largement plus intégrés, notamment les communautés séfarades installés de longue date. Au point même de retrouver un juif, Judah Philip Benjamin, comme secrétaire à la guerre (ministre de la défense) puis secrétaire d’état des états (1er ministre), soit le 2nd personnage le plus important de la confédération après le président, Jefferson Davis. Rien que cela ! Il finira d’ailleurs sa vie en France où il est enterré au Père-Lachaise (avec la fameuse "Southern Cross of Honor" sur sa tombe).

    Tombe de Judah Philip Benjamin au Père Lachaise
    Pour rappel, la Caroline du Sud était l’état d’Amérique le plus peuplé de juifs et la ville de Charleston, la capitale officieuse des juifs, souvent rebaptisée "la Nouvelle Jérusalem". S’y trouvait là, la plus vielle communauté juive des USA, des séfarades espagnols, arrivés au début du XVIIe siècle dans le sillage des hollandais. C’est cette ville qui va fournir le plus grand contingent de soldats juifs aux armées confédérées. Ces soldats feront l’admiration du Général Lee par leur courage et leur dévouement aux côtés de leur homologues goys et même noirs. 
    Ah oui, vous n’êtes peut-être pas au courant ? Le sud avait aussi ses soldats noirs affranchis, les célèbres "Black Confederate Soldier", estimés entre 60 et 90 000. Il fut d’ailleurs le précurseur bien avant le nord, on peut citer par exemple le "1st Louisiana Native Guard" créé dés 1861.
     
    Si vous avez l’occasion de visiter le sud des USA, vous ne serez pas surpris de voir des monuments en l’honneur de ces noirs en uniforme gris. Mais là aussi pas de film Hollywoodien sur le sacrifice de ces soldats de couleur, la bien-pensance l’interdit ! A ce sujet, lisez >> cet article trés instructif ! 
    Comme les noirs, les soldats juifs confédérés faits prisonniers par leurs homologues du nord, étonnés de leur dévouement au sud, avaient cette réponse admirable de patriotisme : « Nous, on défend d’abord notre pays contre l’envahisseur ! ». Effectivement, c’est le bien nord qui avait envahi le sud et pas l’inverse !

    Le Droitiste


    0 0
  • 02/17/15--07:35: «Islamo-fascisme», WTF ?

  • C’est quoi cette expression loufoque, sorte de concept gloubiboulga totalement suspect pour tout dire ? Je vous avais déjà mis en garde contre certains réflexes vocales, imposés par la pensée de gauche (>> voir mon ancien article), j’ai envie d’en rajouter une couche. 

    Comment l’islamisme peut-il être associé au fascisme, alors que tout les oppose ? L’un vomit les nations, l’autre en fait son fondement. L’un vient d’une autorité d’en haut, l’autre est d’idéologie populiste ! L’un ne reconnaît pas l’autorité des états, l’autre est quasi étatiste ! On se moque de qui, là ? 

    L’islamisme est une doctrine internationaliste et planétaire, à l’image du marxisme. L’expression "Islamo-communisme" aurait beaucoup plus de sens, car les deux pensées sont proches dans leur lutte contre le différentialisme et le matérialisme. L’Oumma ressemble comme deux gouttes d’eau à l’idée d’une société sans classes.

    Cela souligne l’incohérence dans lequel se fourvoie le prétendu "Etat Islamique" luttant pour la construction d’une autorité politique au travers d’un état, alors que le véritable islam radical est totalement tourné vers l’édification d’un seul ensemble communautaire planétaire. En cela, Al Qaïda est beaucoup cohérente dans sa volonté de djihad global plutôt que local.

    Bas les masques ! Le but de ce mot composé est, une nouvelle fois, de mettre en relief le mot "fascisme" dans son aspect le plus réducteur que représente l’autoritarisme, et tronqué en associant ce dernier à un régime de droite ! Comme si la violence inhérente à l’autoritarisme serait une spécificité de droite. Pourquoi ne pas utiliser l’expression "Islamo-stalinisme" dans ce cas ?

    "Islamo-nazisme" pourrait le faire, à condition de re-préciser que le nazisme est issu de la pensée socialiste, bien de gauche.

    Le droitiste


    0 0


    Je n’ai pas pu m’en empêcher, c’est plus fort que moi, mais quand je tombe sur un séparatiste néo-nazi, je jubile. Là, le mot "néo-nazi" n’est pas usurpé. La meilleure façon pour brocarder la propagande poutinesque. 

    Alors que l’Ukraine a entamé depuis deux ans un grand nettoyage de ses néo-nazis, les séparatistes se montrent bien plus complaisants. Normal, les nazis russes ont réussi cette prouesse de faire un mixage entre iconographie stalinienne et hitlérienne, avec un saupoudrage de doctrine tercériste et eurasiste, le tout recouvert d’anti-américanisme et d’antisémitisme. Le truc à foutre une gaule monumentale à Soral et la dissidence française admirative !


    Voici un nouveau spécimen : mister Alexander Matyushin ! Sans être une réelle star, à l’image d’un Alexander Mozhaev (>> voir mon ancien article), il a tout de même exercé un mandat d’élu dans un de ces parlements d’une région autonome, fraîchement autoproclamée. Depuis il anime une petite bande de factieux en arme sur le front.


    Interrogé par des journalistes, il a détaillé son parcours de militant politique où figurent presque tous les partis néo-nazis du moment : du "Parti National Bolchévique"à "l’Union Eurasienne", en passant par "Russia Obraz". Un tour par son compte Vkontakte (facebook, version russe) nous fait découvrir une véritable caverne d’Alibaba d’images et de références au néo-nazisme teinté de pan-slavisme.

    Dans une interview, il affirme crânement que l’Ukrainien, aux « sourcils noirs et les yeux bruns » n’a pas de sang slave. En 2013, il participe à l'attaque d’un centre culturel de Donetsk à cause de la visite de l'ambassadeur américain John F. Tefft.

    Avec ce genre de gugusse, je crains que la trêve ne tienne pas longtemps !



    Le Droitiste

    0 0


    Franchement cela m’ennuie de ne pas pourvoir dire beaucoup de bien de ce film, sachant mon admiration pour Clint Eastwood, ainsi que pour le sujet du film qui est une adaptation des exploits de Chris Kyle, le célèbre tireur d’elite de l’armée US.

    Je cautionne malheureusement la critique du magazine de gauche "Marianne", c’est dire mon désarroi : « Un troublant plaidoyer pacifiste, passionnant par son ambiguïté ». Oui, c’est exactement ce goût que le film me laisse : une vision sombre et un peu glauque de l’univers du personnage, notamment avec les perpétuels aller-retours sur ses problèmes de couple, à cause de la "méchante guerre".

    On a connu ce penchant dans d’autres films sur le même thème, on pense forcement à "Démineurs" ou "Zero Dark Thirty", mais pas avec une telle lancinance. On a vraiment l’impression d’un personnage névrosé qui n’arrive pas à s’en sortir et faire des choix. Pour un Navy Seal, ayant choisit la voie du combat le plus dur, on a du mal à y croire.

    L’autre truc gênant, c’est ce patriotisme limite caricatural : l’une pleure devant les images du 11 septembre, le commandement militaire prend des postures réacs et va-t’en guerre, les soldats se muent en groupies des palmarès de morts adverses, etc…

    Concernant les scènes de guerre, on reste sur sa faim. Durant tout le film, on attend le grand feu d’artifice, cette scène de combat en forme d’apothéose, on a le droit finalement à un truc moyen amputé par un vent de sable. En matière de suspense et de palpitation, on est très loin de "La chute du faucon noir" ou même "Du sang et des larmes".

    Je ne sais pas si c’est par soucis de coller au livre, ou des impératifs dictés par la famille de Chris Kyle, ou tout simplement par manque d’inspiration du réalisateur, …mais ce film n’arrive pas à imposer son originalité ni développer une réflexion utile. Regrettable, ce héros de guerre méritait un meilleur hommage !

    Mais bon, je vous encourage quand même à aller le voir, il y a tous les ingrédients du bon film de guerre avec une volonté de saluer le courage de ces soldats de l’Occident, obligés de se plier à des règles face à des speudo-résistants qui ne respectent rien !

    Le Droitiste


    0 0


    C’était la cérémonie des Oscars hier et la polémique enfle (>> voir article du Figaro). "American Sniper" n’a reçu qu'une statuette sans prestige (meilleur montage son !!!) malgré son carton d’audience aux USA, bien loin devant les gagnants de la soirée. Rendez-vous compte, le film a récolté 307 millions de dollars aux USA (pour un budget modeste de 58 millions), il enregistre à lui seul plus de la moitié des recettes des films oscarisables en 2015. C’est le plus gros succès de Clint Eastwood qui réalise là un score d'ordinaire réservée aux blockbusters.

    Je ne vais pas entrer dans la polémique car je suis malheureusement du côté des votants, et je trouve le film très médiocre à tous points de vue. A côté d’un "Gran Torino" par exemple (2nd plus grand carton au Box Office de Clint), c’est le jour et la nuit. Je pense que le succès aux USA est simplement du au sujet attractif, celui d’un héros de la nation pour la moitié du pays (celle de droite). 

    L’occasion pour moi de vilipender cette industrie du cinéma américain complètement acquise aux idéaux de gauche, repère de militants déguisés en acteur. A Hollywood, se déclarer trop fièrement de droite quand on est une gloire montante (exemple : Vince Vaughn) c’est se tirer une balle dans le pied, le blacklistage automatique avec relégation en 2e division : second rôle dans les meilleurs scénarios ou premier rôle dans les sous-films. Et puis, il y a tous ceux convaincus de vivre éternellement dans l’ombre des stars, n’ayant plus rien à perdre, qui ont brisé le silence et fait leur coming-out en confessant leur penchant à droite.

    L’exception à la règle, c’est Clint Eastwood qui est vite passé de l’autre côté de la caméra pour éviter les conséquences de l’ostracisation. Il a d’ailleurs pris bien soin de construire son succès sur des thématiques pour public de gauche (femme dans le sport, Mandela, racisme communautaire, univers de la classe pauvre,…). 

    Faites la liste des soutiens à chaque présidentielle aux USA, les 2/3 d’Hollywood sont en faveur du candidat démocrate. Et encore, le 1/3 républicain est composé essentiellement d’inconnus ou de vielles gloires !

    Aussi j’ai décidé de mettre à l’honneur ces résistants de droites, ayant le courage de prêtres chrétiens en terre d’islam. Ma short liste à moi, le top 10 de la vraie dissidence, ceux à encourager lorsqu'ils sont à l'affiche : 

     -- Voir les visages en photos en haut de l'article -- 

    1- Clint Eastwood
    2 - Adam Sandler
    3 - Robert Downey Jr.
    4 - Vince Vaughn 
    5 - Rob Schneider
    6 - Gary Sinise
    7 - Dwayne "The Rock" Johnson
    8 - Andy Garcia
    9 - Sylvester Stallone
    10 - Arnold Schwarzenegger

    Le Droitiste

    0 0


    Peut-on être irréprochable et fréquenter des antisémites ? En fait, tout dépend du rapport que vous entretenez avec ces antisémites : ponctuel ou régulier, dans le privée ou pour le boulot, avec des liens d’argent ou sans, etc… ? 

    Moi-même, je fréquente probablement des antisémites sans le savoir… quoique pour certains, je m’en doute. Mais bon, dois-je pour autant m’obliger à aborder le sujet avec eux ? Dois-je ensuite couper les ponts pour ce seul différent, en ai-je la possibilité ? Bien compliqué de savoir si quelqu’un est réellement irréprochable sur le sujet.

    Ce que je sais par contre, c’est que Marine Le Pen fréquente assidûment des antisémites et entretient sciemment des rapports d’argent avec eux. 

    Je mets d’emblée l’histoire du bal de Vienne aux oubliettes car cette attaque est juste grotesque. Si la présence d’anciens ou de néos nazis est avérée, rien ne permet d'affirmer que l’invitée d’honneur française était au courant. Surtout quand sont aussi présents deux députés juifs pro-sionistes autrichiens du FPO (et même un député juif des Démocrates Suédois), les mêmes qui étaient aux côtés des maires de Sderot et d’Ashdod face aux attaques du Hamas cet été. De plus Marine Le Pen n’a probablement jamais dansé dans les bras d’un nazi avec un élan orgasmique, comme le fait supposer la rumeur, mais a sans doute participé à la grande valse collective en alignement propre à ce genre de bal. D’ailleurs la présidente du FN a fait condamner SOS Racisme pour diffamation sur ce sujet.

    Je mets aussi de côté une possible contamination paternelle car je ne crois pas du tout à l’antisémitisme du père. Je pense qu’il est tout simplement raciste, d’un racisme primaire propre à toutes ces personnes imbues d’une supériorité maladive. Il en va des juifs, comme des arabes ou des homosexuels dés que la colère monte ou après un repas trop arrosé tournant au concours de mauvaises blagues. Sinon pourquoi se serait-il emmerdé à publier des chants juifs (>> voir mon ancien article), à soutenir Israël les 2/3 de sa vie, à encourager la création d’un "Cercle National des Français Juifs" proche du FN, à cotoyer Serge Moatti, ect…

    Marine Le Pen, & Frédéric Chatillon (veste beige)
    Non, moi je veux parler des accointances de Marine avec la galaxie GUD, bien reprochables celles-là. Des efforts qu’elle développe pour faire disparaître des radars son éminence grise, en la personne de Frédéric Chatillon. Nous faire gober le coup du « prestataire de service externe » dont elle n’aurait pas à répondre des dérives idéologiques dans sa vie privée.
    Vous préciser que ce dernier est ceinture noire 7e dan en antisémitisme est presque inutile. C’est même l’insulter, lui qui se donne du mal depuis le début des années 90, où il a quitté le service d’ordre du syndicat étudiant de l’UNI, jugé trop mou, pour rejoindre un GUD plus propice à ses desseins. Une carrière réussie puisqu’il est aujourd’hui l’argentier du FN (via son bras droit, Axel Loustau et le micro-parti Jeanne), l’initiateur du phénomène Alain Soral (via son bras gauche, Jildaz Mahé, et l’intersession de Philippe Peninque) sans oublier son amitié profonde avec Dieudonné.

    C’est quoi le GUD ?
    V’là le sujet qui fait couler beaucoup d’encre, le genre d’évocation à la Keyser Söze. Le GUD par çi, le GUD par là, un coup mêlé à l’affaire Cahuzac, un autre au financement illégal du FN.
    En réalité ce sigle englobe une réalité bien moins politique qu’on le croit. Le GUD a juste été une association informelle d’une poignée d’étudiants, en mal de castagne et de potacherie estudiantine (plus souvent à cafétéria que dans les amphis) de la faculté Paris II Assas, dont la réussite sera d’avoir survécu pendant 25 ans après sa création (grosso modo de 1968 à 1993 - le GUD actuel est une copie sans rapport). 
    Elle agira rarement sous sa véritable dénomination mais plutôt sous couvert de syndicats étudiants de circonstance, au gré des élections universitaires. Elle fut surtout l’instrument des présidents de cette université depuis son existence, permettant de contrer une prise de pouvoir syndicale par l’extrême gauche.
    Parfois le GUD est sorti de son contexte universitaire pour devenir le supplétif des RG (noyauter l’extrême droite) ou des partis politiques (ex : collage électoral pour l’UDF ou service d’ordre pour le RPR, via l’UNI).
    Frédéric Chatillon, leader du GUD dans les années 90
    La réelle vocation du GUD était de casser des gauchistes et se créer un palmarès à leurs détriments, histoire de se forger une réputation et toute la mythologie qui va avec. Mais quand le gauchiste a commencé à se faire rare, début des années 90, et que le mouvement skinhead est venu leur tailler des croupières niveau réputation, les gudards ont du s’inventer un nouvel ennemi : le juif sioniste. C’est ce à quoi Frédéric Chatillon va s’employer à développer en bon marketeur qu’il est, lors de sa prise de pouvoir. Au départ, les gens ont cru à une nouvelle bravade de jeunesse à l’esprit provoc-étudiante, ils vont vite déchanter quand ce dernier va en faire une véritable obsession et un combat argumenté. C’est aussi par le biais du GUD qu’il va nouer des relations avec tous les anciens dont les études de droit leurs ont permis d’atteindre des sphères élevées.
    Très honnêtement, je ne crois pas que Marine Le Pen soit antisémite sinon d’où viendrait-il, elle qui n’a réellement commencé à toucher à la politique qu'à l’âge de 30 ans. Le vrai problème est sa trop forte compromission, par négligence ou naïveté, avec une sphère antisémite à qui elle est maintenant trop redevable.

    Croire que l’argent engrangé par ses succès électoraux, suffira à calmer les velléités de chacun est une erreur. Par expérience, on sait que les antisémites n’abandonnent jamais leur obsession maladive et profitent toujours d’une opportunité pour agir. Ce jour là, ils ressortiront les dossiers embarrassants pour la museler. 

    Le Droitiste


    0 0


    Je vais encore vous saouler avec ça, mais c’est plus fort que moi. Plus je découvre les images de la reconquista anti-Daesh en Irak, plus ma conviction se renforce. Celle d’une manipulation de l’Iran, et en arrière plan de la Russie, dans les gigantesques bouleversements au Proche-Orient.

    Pour s’en persuader, il suffit juste de bien observer les drapeaux arborés par les combattants. Il y en a un qui commence à fleurir dans le sillage de la reconquête des territoires de Daesh par les chiites, un peu comme les cailloux du Petit Poucet, celui du Hezbollah irakien. Semblable de son homologue libanais, mais avec un petit triangle vert sur son côté, il est bien placé pour devenir le remplaçant du fameux drapeau noir de Daesh. On y gagne en couleur (c’est vrai que le jaune à l’avantage de faire moins peur à la ménagère occidentale lors des JT), mais pas en matière de haine anti-occidentale. On passe simplement de l’islamisme sunnite à l’islamisme chiite. 


    On parle déjà de 30 000 combattants, ce qui égalerait presque Daesh en Irak. Un triplement de ses effectifs en moins d’un an, avec un équipement iranien et russe nettement supérieur à ses homologues extrémistes sunnites. Quand on songe que l’Irak compte une population chiite majoritaire (env. 25 millions d’habitants), on mesure l’importance du vivier de recrutement pour cette nouvelle milice.

    Rendez-vous compte, là où Daesh a échoué, en cherchant à installer son état islamiste en Irak, le Hezbollah va y parvenir tout en douceur à la barbe de l’Occident. Pire, c’est même nous qui allons l’installer avec le soutien de nos frappes aériennes et nos centaines de conseillers militaires comme formateurs ! Cette même milice embryonnaire qui était pourtant en guerre contre la présence américaine en Irak à partir de 2008 ! 


    Le Hezbollah irakien est en passe de devenir le pendant des Gardiens de la révolution en Iran (Pasdarans) qui forment depuis 30 ans un état dans l’état, avec un effectif 10 fois supérieur à celui de l’armée si on y inclut leurs réservistes (les Bassidjis). Une milice faisant office de police religieuse, comme en Arabie Saoudite, chargée de veiller au respect de la charia dans les rues ou mater les tentatives de "printemps arabes".


    C’est quand même pas bien compliqué à deviner, c’est marqué dessus comme le Port-Salut ! Ils n’ont même pas pris la peine de se cacher derrière un acronyme pour brouiller les pistes, ils ont tout simplement repris le mon de leurs copains libanais, avec le même drapeau (celui avec la kalachnikov, comme un hommage discret à leur soutien russe et à toutes les rebellions anti-occidentales depuis 50 ans). Une façon aussi d’afficher son appartenance à la maison mère iranienne, celle qui scellera sous peu le sort de l’Irak et de la Syrie.


    On en parle peu mais le Hezbollah libanais est devenu en Syrie la seule force capable de maintenir au pouvoir Bachar et les alaouites, tellement l’armée syrienne loyaliste est partie en déconfiture avec les désertions (jusqu’à 100 % dans certaines unités) et son manque de pratique (elle n’avait pas tiré un coup de feu depuis trente ans). On parle de presque 10 000 miliciens libanais sur place, encadrés par une myriade de gradés iraniens (souvenez-vous du général iranien tué dans un raid israélien en janvier !). Une fois Daesh exterminé, il suffira aux chiites de passer un accord avec l’autre grosse milice syrienne (sunnite) du Front Islamique, sous l’égide d’une Turquie ayant besoin d’un autre relais que Daesh pour contenir les kurdes (>> voir mon ancien article), et le tour sera joué ! L’ALS et l’opposition sunnite modérée, sans réel poids sur le terrain, n’aura pas d’autres choix que de ratifier le tout.

    Le pays à la manœuvre derrière tout cela est bien évidemment le grand allié de l’Iran : la Russie. Une sorte de changement de main après six décennies de domination américaine sur cette partie du monde. Une passation de pouvoir logique avec une Amérique prenant le large grâce à son propre gaz de schiste pour échapper aux turpitudes et trahisons de ces contrées où l’autorité politique est sans cesse torpillée par des dizaines de princes milliardaires dissidents. Le 11 septembre est passé par là. 

    Savoir quel sort sera réservé à Israël avec cette tutelle russe dans la région, c’est toute la question ! La Russie pourra-t-elle contenir la haine antisémite de l’Iran quand on connaît l’art de la taqîya chez les dirigeants musulmans ? Pourra-t-elle empêcher les chiites de prendre leur revanche ancestrale sur les sunnites en s’appropriant les lieux saints de l’islam ? On verra ! Reste que l’Iran est déjà présente, via ses supplétifs, aux frontières d’Israël rendant moins urgent le débat sur le danger de la bombe atomique.



    NB : J’aurais pu aussi vous parler de l’autre milice islamiste chiite très impliquée dans le conflit irako-syrien, aux côtés des Hezbollahs, qu’on appelle les "Groupes spéciaux" ou AAH (acronyme de Asaïb Ahl al-Haq = ligue des vertueux) mais on ne sait pas grand chose sur elle. On ne connaît pas son effectif même approximatif, sans cesse grandissant, mais certains parlent du cap de la 10aine de milliers de combattants déjà dépassé.

    Le Droitiste


    0 0
  • 03/10/15--13:52: Ces casseroles de la gauche

  • L’histoire est facétieuse par ses similitudes. 

    Depuis tout petits, l’école nous apprend que le national-socialisme fut un des pires régimes d’extrème-droite de l’histoire contemporaine. Bon, je suis d’accord qu’il fut une des pires abominations… mais il n’était pas de droite, ou sinon un chat s’appelle un chien, un homme une femme et ma Golf une Ferrari. Il y a bien marqué "socialisme" et pas "capitalisme" ou j’ai mal lu ? D’ailleurs le pacte entre les socialistes staliniens et hitlériens ne fut pas forcement un non-sens idéologique.

    Eh bien, on a le même genre de tentative révisionniste aux USA. Vous savez la fameuse époque de la ségrégation raciale aux USA qui occupe aussi une grande partie de nos livres d’histoire-géo à l’école. Là aussi, on vous assène des contre vérités en essayant d’attribuer la faute aux méchants racistes de droite du sud. La vérité est juste l’inverse. La ségrégation fut encouragée et légitimée par la gauche américaine, comprenez les démocrates. Ils vont tout faire pour combattre les avancées en faveur des droits civiques et se poser comme les défenseurs de tous les racistes du sud durant plusieurs décennies.

    Une des spécialités du KKK, était de dissuader les gens de voter Républicain batte de baseball à la main, et organiser de vastes fraudes électorales en faveur des Démocrates. [Petit parallèle : imaginez des skinheads français, armés jusqu'aux dents, vous forçant à voter PS, et cela pendant une période de 15 ans !!!]

    Au fait, on attend toujours des excuses publiques pour cette période de collaboration et cette compromission historique, mais je crois que l’on va devoir attendre la Saint-glinglin. Et ça vient perpétuellement donner des leçons de morales humanistes à la droite ! 

    Laissez la gauche réécrire l’histoire et ils expliqueront aux générations futures que le régime nord-coréen était de droite et Fidel Castro, un affreux réac ! 

    Le Droitiste

    0 0


    J’ai lu avec intérêt l’article de notre ami Pug (>> voir sur le site des Goys) et j’aimerai y apporter un complément, aller plus loin dans l’analyse contre ceux qui attisent la haine d’Israël à travers le socialisme nationaliste panarabe dont le mythe palestinien est un jouet (comme il l'a évoqué, il suffit de regarder le drapeau palestinien, copie exacte de celui du Bass panarabe).

    Pour commencer, je ne suis pas de son avis et pour moi le panarabisme n’est pas mort, il est même en passe d’accomplir son projet, contrairement aux apparences : celui d’une nation arabe unifiée de la Méditerranée au Golfe Persique. Pour rappel, les chiites irakiens (et leurs frères libanais) sont bien des arabes et pas des perses, une donnée essentielle pour comprendre le scénario. 

    C’est bien le rêve panarabe d’Antoun Saadé, le vrai précurseur de la doctrine, 20 ans avant Michel Aflak, qui se concrétise. Le premier ayant circonscrit l’idée, pas dénuée de fondement, de la nation arabe à celle d’une grande Syrie antique, le second ayant élargie le concept à un territoire plus vaste englobant même l’Egypte. Je vous épargne les nuances idéologiques entre les deux, ce serait comme faire un distinguo entre le national-socialisme et le fascisme, ou le trotskisme et le léninisme. Le Parti Social Nationaliste Syrien (PSNS) d’Antoun Saadé et le Parti Bass de Michel Aflak ont eu beau s’opposer, se combattre un temps, ils sont à 90% sur la même ligne : nationalisme, socialisme, autoritarisme et haine d’Israël. Depuis 20 ans, ils sont devenus de fidèles alliés et leurs membres se côtoient dans tout l’appareil d’état syrien dont ils ont le contrôle.

    Le Drapeau du PSNS, il faut vraiment avoir de la mer...
    dans les yeux pour ne pas comprendre l'allusion !
    On omet souvent de le rappeler mais le panarabisme, malgré son intitulé, ignore paradoxalement toute référence et fait rarement allusion à l’Arabie Saoudite, berceau du peuple arabe. Se drapant dans le rejet de toute forme de monarchisme (on l’a vu avec sa haine de la dynastie hachémide), il est surtout allergique à toute forme de nationalisme théocratique sunnite, presque accommodant avec une forme de racisme anti-bédoins, se voulant plus arabe que les arabes, comme le nazisme se voyait le vrai défenseur de la race aryenne face à la dégénérescence de la race scandinave.

    La spécialité du PSNS, aussi bien au Liban qu'en Syrie,
    est de baliser 
    de drapeaux les quartiers sous son contrôle.
    Désolé, mais c’est le passage de mon article où je dois dire des choses blessantes à propos de mes frères chrétiens d’orient. On est bien obligé de le reconnaître mais le panarabisme radical et autoritaire fut donc fondé par des chrétiens : Saadé et Aflak étaient grec-orthodoxes et admirateurs des doctrines totalitaires européennes d’avant-guerre (fascisme, national-socialisme). Le gendre de Saadé, Fouad El Chemali, lui aussi grec-orthodoxe et membre du PSNS, fut un des organisateurs de Septembre Noir. Georges Habache, le funeste terroriste palestinien, fondateur du FPLP était aussi grec-orthodoxe issu du PSNS. Georges Ibrahim Abdallah, emprisonné en France, est aussi chrétien et ancien du PSNS. Beaucoup de chrétiens se laisseront séduire par le multi-confessionalisme (plutôt que laïcité qui n'a aucun sens en terre d'islam) du PSNS et, dans une moindre mesure, celui du Bass, si bien qu’aujourd’hui ils continuent à soutenir majoritairement le pouvoir de Bachar el-Assad.

    Drapeau de la Garde Nationalsite Arabe, crée en 2013
    qui opère en Syrie au côté du Hezbollah.
    La Garde Nationaliste Arabe comprend 4  bataillons
    dont 2 qui portent le nom de chrétiens panarabes :
    - Wadih Haddad (palestinien, nationaliste arabe, membre du FPLP),
    - Jules Jammal (officier de la marine syrienne qui aurait coulé un
    navire français en 1956 pendant la crise de Suez).
    (source : https://syrianfreepress.wordpress.com)
    Prenons un peu de recul et regardons la tournure des événements au Proche-Orient, tentons d’anticiper les victoires militaires pour déterminer les possibles vainqueurs ! Je pense pouvoir annoncer la défaite de l’Etat Islamique en Irak sans prendre beaucoup de risques (Tikrit vient de tomber et l’assaut sur Mossoul est imminent). En Syrie, sa défaite de Kobané l’a considérablement affaibli et la jonction des forces kurdes sur son flan nord va rapidement le priver d’une partie de sa frontière turque, sans parler des islamistes dit "modérés" sur son flan ouest,… bref, l’Etat Islamique risque de subir la débâcle de l’armée du IIIe Reich après sa défaite de Stalingrad. La comparaison n’est pas fortuite évidemment, et on assistera à une capitulation sous la houlette des anciens officiers de Saddam Hussein, seuls vrais détenteurs du génie militaire au sein de l’Etat Islamique, malgré une vaine tentative des SS d’Abou Bakr de résister (avec une multiplication d’Oradour-sur-Glane en perspective).

    L’Etat Islamique battu, c’est le dernier caillou dans la chaussure du rêve panarabe qui disparaît après celui de l’obstacle hachémide (l’Irak du roi Fayçal avait refusé de rejoindre la République Arabe Unie), après celui du despotisme nabuchodonosorien de Saddam Hussein, après la disparition de l’idéologie communiste, et après le départ de la présence militaire américaine en Irak. Mais c’est beaucoup plus que cela, c’est la défaite militaire de l’islamisme radical sunnite. Islamisme sunnite et le nationalisme arabe sont deux frères ennemis, comme le furent le nazisme et le communisme, le deuxième n’ayant pu réaliser ses conquêtes territoriales que sur l’espace laissé libre par l’effondrement du premier.

    65ième anniversaire du parti Bass à Damas en 2012
    Le nationalisme arabe a perdu son soutien soviétique d’antan, il vient de retrouver une tutelle de poids avec l’Iran. Comme je me plais à le rappeler, l’islamisme chiite n’est pas un obstacle ni un ennemi, tellement le panarabisme et le panchiisme son proche dans leur vision politique d’un islam tourné vers le modernisme et respectueux de minorités dhimmitudisées. Il suffit de voir l’exemple de l’imamat au sud-Liban (on pourrait même dire du Liban tout entier quand on voit le Hezbollah venir faire régner sa loi à Beyrouth-Ouest en mai 2008) pour s’en convaincre. L’islamisme chiite n’a pas ce sectarisme religieux repoussoir du wahhabisme ou du salafisme, et les villes saintes du chiisme ne sont pas interdites aux non-musulmans comme en Arabie Saoudite.

    Militants du Baas en armes pour soutenir Bachar
    La Syrie et l’Iran, c’est une lune de miel jamais démentie. C’est bien la Syrie qui a tenté d'affaiblir l'Irak en coupant l'oléoduc reliant Kirkouk au port syrien de Lattaquié, pendant la guerre Iran/Irak. C’est bien la Syrie qui a fait le jeu de l’Iran en rejoignant les alliés contre l’Irak, pendant la guerre du Koweït. C’est bien la Syrie qui a soutenu et presque installé le Hezbollah au Liban et stoppé les velléités d’indépendance du Général Aoun, soutenu par l’Irak. Avec un régime alaouite, dans le giron de la théologie chiite, cela crée forcement des accointances.

    Non, mon cher Pug, le nationalisme arabe viscéralement anti-israëlien n’est pas mort, il renaît même des cendres de l’Etat Islamique ! La construction d’un mur entre l’Arabie Saoudite et l’Irak, auquel s’ajoute celui entre Israël et la Jordanie (ce qui n’avait pas été le cas avant), augure de l’arrivée imminente d’un péril bien plus dangereux que celui du drapeau noir à la chahada blanche.

    Le Droitiste


    0 0


    Là, ils m’ont mis en boule ! OK, pour mettre de la littérature partisane pro-palos au rayon "histoire" ou "géopolitique", entre le livre de Mélenchon et celui de Cécile Duflot, c’est sa place ! Mais pas touche à mon rayon fétiche : les BD ! 

    Cette aprem, je décide d’aller m’aérer l’esprit à la FNAC, direction les livres avec beaucoup d’images et peu de texte. Pour les ados attardés comme moi, c’est le coin obligé, le rendez-vous des geeks de la old school : à moi les Thorgal… Comics Marvel… et autres Buck Danny !

    Soudain mon regard est attiré par la couv d’une BD avec marqué «Yallah» et des gens en train de fumer le narguilé au milieu de ruines de guerre… le truc puant à plein nez la propagande pro-arabe (surtout pour le flair d’un anti-gauche comme moi).

    « C’est un bingo ! » (comme dirait Christoph Waltz). Une BD d’un palos, exilé en France, sur la vie au quotidien d’autres palos dans un camp du Liban, sous les bombes des salauds de pilotes criminels israéliens venus du ciel pour exterminer des innocents. Une espèce de biopic imaginaire en hommage à la famille de l’auteur, un certain Joseph Safieddine. Bon, je ne me suis pas éternisé sur le contenu,… déjà les palos (au secours !), mais quand on sait le bordel qu’ils ont foutu au Liban (ancienne Suisse du Proche-Orient), un truc à foutre la haine rapidos ! 

    Impression confirmée dans la dédicace de fin où il a mis une photo de son père en keffieh, une sorte de kalash à la main (voir photo plus bas). Tout ça au rayon BD, je vous rappelle ! ! ! Là ça commence vraiment à se barrer en coui… à tous les étages dans notre beau pays ! Plus si beau, en vérité ! Je me demande si la FNAC aurait eu le même courage de publier une BD sur la vie d’une famille israélienne, sous les bombes du Hamas ? J’en doute... bonjour les manifs du BDS !

    J’ai vérifié à tout hasard s’il n’y avait pas, coincée quelque part à l'intérieur, avec l’achat de cette BD, une place pour le spectacle de Dieudo ou celle d’un meeting du NPA !  
    Le Droitiste


    0 0


    Ce sera plutôt mes consignes de non-vote car le temps de la sanction est venu. Pas question de pardonner les événements hallucinants de cet été dans nos rues et ces scènes de guerre civile lors des manifestations islamistes pro-palestiniennes (avec exhibition de drapeau de daesh et celui du Hezbollah au cri de «allah akbar»). Pas question de laisser passer la trahison des nos élus lors du vote pro-Hamas à l’Assemblée et au Sénat en automne.

    Souviens-toi, l'été dernier !
    Vous allez me dire : « mais quel rapport entre des enjeux politiques locaux et des considérations  internationales ? ». Aucun, en effet ! Mais rassurez-vous, il n’y a aucun rapport non plus entre votre bulletin de vote à ces élections et les effets sur votre quotidien. Là, c’est l’ancien stagiaire, chargé des revus de presse pour des élus locaux, qui vous parle. Oui, j’ai fais cela pendant deux ans dans ma prime jeunesse, j’ai vécu au milieu de ce personnel politique. Ces élus locaux n’ont aucun rôle majeur sur vos destinées, sachez-le ! Ils sont juste là pour arbitrer entre telle ou telle dépense récurrente (route, école, aménagement,…) et la rendre prioritaire par rapport à celle de leurs adversaires. C’est juste ça ! Le reste des préoccupations de ces élus n’est consacré qu’à tenter de garantir leurs revenus et avantages de notables locaux - surtout les avantages, vous n’avez pas idée ! - en faisant le maximum de lèche à leur parti pour être en position éligible à la prochaine élection, ou en cas de défaite annoncée, d’obtenir une nomination à un poste administratif dans une collectivité locale. Les conseils départementaux, c’est de la gabegie financière entretenue par une certaine mafia politique… rien d’autre !

    Pas une voix pour le PS et ses alliés d’extrême gauche ! 

    Beaucoup ont un petit faible pour Valls mais je les mets en garde : ce dernier est un alibi à une pseudo politique de droite, une manipulation de Hollande qui s’en servira comme bouc émissaire le temps venu, histoire de se refaire une virginité à gauche.

    Le jour où Manu quittera le PS, je reconsidérerai peut-être les choses. En tout cas, il parle beaucoup mais n’agit pas : il n’a rien fait pour interdire les manifestations islamistes de cet été, il continue à soutenir Taubira dans sa politique laxiste non-dissuasive, il n’a pas mis fin à la propagande antisémite sur le web. Côté économie, on aimerait le voir aussi pugnace avec la chienlit syndicale et corporatiste qu’avec le Front National. 

    Sanctionnez les centristes !

    Pas question de filer des voix aux centristes après leur semi-trahison (42% d’abstention ou d’absents et 15% de "Oui") en faveur de la reconnaissance d’un état islamiste du Hamas à l’Assemblé Nationale et au Sénat, en septembre (>> voir mon ancien article). OK, tout le monde n’a pas trahi, mais 57% de couards cela fait beaucoup, comment les autres peuvent-ils raisonnablement accepter de cohabiter, à moins d’être caution ? Ce n’est pas qu’une question israélo-israélienne, mais un curseur révélateur du niveau des valeurs occidentales défendues.

    Vérifiez donc bien le vrai parti des candidats car les centristes sont souvent sous une étiquette d’union de plusieurs partis !

    Evitez l’option FN !

    Je dis cela parceque les chiffres prouvent que le FN pique plus de voix à la droite qu’à la gauche, risquant d’amoindrir une authentique victoire de droite.

    Pour moi, le FN est à gauche sur l’échelle de la promotion des valeurs occidentales (il est isolationniste, non-interventionniste, eurasiste,...). C'est indéniable en économie, lisez son programme économique et vous comprendrez (>> voir cet article de Challenge, par exemple). Je ne sais d’ailleurs toujours pas pourquoi on le classe à droite, sauf à vouloir faire porter le chapeau des provocations verbales de son fondateur et d’une partie de ses militants (pas plus nombreuses que celles des militants gauchistes, mais plus médiatisés) au camp de la droite. 

    Notez que si la Gauche pouvait se limiter au FN, j’aurai une meilleure opinion de la Gauche car c’est un parti incontestablement patriotique, contrairement à ceux inféodés presque ouvertement à des intérêts anti-occidentaux ou un idéal tiers-mondiste ! Je n’oublierai jamais la plaidoirie enflammée de Gilbert Collard en faveur d’Israël, rempart de l’Occident face à barbarie islamiste, sur le perchoir de l'Assemblée Nationale, même s'il n'est pas complètement FN mais apparenté (RBM).

    Pas question de me joindre à la meute des paranos pour aboyer contre le FN ! Je n’en fais pas ma priorité, ni une fixette, dans la mesure où il ne constitue pas un danger lors des élections majeures (présidentielles et législatives) et profite surtout de l’effet défouloir aux élections intermédiaires. Qu’il ait plus d’élus dans des assemblées de pacotille ne m’empêche pas de dormir, c'est toujours mieux que la présence des fascistes rouges anti-français.

    Attention aux charlatans !

    Méfiez-vous des traîtres et des arnaques ! 

    Au rayon "traître", j’ai nommé le parti dont le président, Nicolas Dupont-Aignan (himdelf !), a voté fièrement pour un état islamiste du Hamas, en septembre. Et avec le sourire ! Bon, à la fois, il a aussi dit qu’il serait prêt à faire comme en Grèce et gouverner avec le Front de Gauche ! ! !  Sans commentaire…

    Au rayon "arnaque", attention à l’UPR ! Un petit parti dont le logo et les initiales font volontairement penser à un mouvement de divers droite gaulliste alors que c’est une sorte d’association complotiste, truffée de farfelus anti-système aux allures soignées et au discours ultra-formaté, pour ne pas dire sectaire.  

    Vous voilà mis en garde, à vous de choisir ! Vous pouvez aussi voter blanc si rien ne vous botte mais votez (surtout au second tour) pour sauvegarder ce que nos ennemis veulent nous priver.

    Le Droitiste

    0 0


    C’est la question qui me taraude depuis le fameux film de Tarantino, tellement j’aimerai l’histoire réelle, juste pour m’imaginer des nazis être maltraités par des milices juives, sorte de revanche du destin. 

    Eh bien oui, ils ont existé mais n’étaient pas des juifs américains, ils étaient majoritairement des juifs français, rejoints par des juifs immigrés d’Europe de l’Est arrivés avant la guerre. Comme dans le film, ils se battaient aux côtés de quelques soldats allemands déserteurs (des alsaciens-lorrains) et étaient effectivement sous l’autorité du commandement de Londres, via le Général Koenig. J’ai nommé : les juifs du Corps Franc de la Montagne Noire (CFMN). Un groupe de maquisards dont la spécialité était le harcèlement de l’armée allemande par la guérilla. D’abord autonomes sous l’appellation d’ "Armée Juive", ils rejoignent le CFMN en 1944 pour former deux groupes : le "Peloton Israélite" (connu aussi sous le nom de "Maquis Bleu-Blanc", couleurs d’Israël), et la "Compagnie Marc Haguenau" (un résistant juif assassiné par la Gestapo).


    Pour rappel, les combattants juifs dans la résistance française se divisaient globalement en deux grandes obédiences : les sionistes et les communistes. Les premiers se revendiquaient essentiellement du sionisme et étaient souvent issus des Éclaireurs Israélites de France et du MJS (Mouvement de la Jeunesse Sioniste). Les seconds étaient plutôt des juifs immigrés sous l’autorité des groupes communistes du FTP (Groupe Manouchian, Marcel Langer, Bataillon Carmagnole-liberté,…). Vous m’épargnerez mon parti-pris, mais n’ayant aucune sympathie pour les communistes (eux qui ont cautionné le pacte génocidaire Germano-Soviétique), je n’en ferai pas l’éloge ici.

    Revenons donc à nos juifs sionistes du Corps Franc, planqués dans le brouillard des immenses forêts humides de la Montagne Noire, sur la partie méridionale du Massif Centrale.
    Noyés au milieu d’autres bataillons (patriotes français, anciens soldats, déserteurs du STO,…), et sous les ordres de militaires de carrière (Capitaine de Kervenoael, Colonel Dunoyer de Segonzac,…), ils arborent leur propre écusson brodé (bleu et blanc), chantent l’hymne israélien juste après la Marseillaise, et hissent le drapeau juif en dessous de celui de la France.  

    Ce sont eux qui vont s’illustrer lors du plus grand acte de bravoure de la résistance juive en France. Un jour de l’été 1944, ils décident d’attaquer un convoi ferroviaire chargé de matériel lourd entre Mazamet et Castres. Ils font sauter les rails, isolent le convoi, et affrontent toute la nuit une compagnie allemande. Au matin, 60 soldats de la Wehrmacht se rendent et doivent subir l’humiliation d’apprendre par un résistant juif alsacien qu’ils sont les prisonniers de juifs. A la différence du film de Tarantino, les Allemands ne seront ni scalpés, ni déformés par la batte de base-ball de l’ours juif, mais remis à la résistance dans le respect des règles de guerre. Les SS n’auront pas eu les mêmes égards à Oradour-sur-Glane avec les proches de résistants, toute la différence entre le mal et le bien.

    NB : Pour les amoureux des ressemblances troublantes avec le film, une partie des juifs de la Montagne Noire étaient formés par un parachutiste américain, resté parmi eux pour se battre et leur apprendre notamment le maniement des explosifs.

    L'Armée Juive en avril 1944, dans le sud du Tarn.

    Le Droitiste


    0 0


    Au rayon propagande anti-occidentale, l’extermination des aborigènes par les méchants blancs australiens tient une bonne place, derrière la traite des noirs et l’extermination des indiens d’Amérique. De même qu’on entend rarement parler de l’esclavage dans les pays musulmans (toujours en cours d’ailleurs), on a peu de chance d’entendre parler du génocide des aborigènes par l’islam. Et pourtant c’est un génocide en cours depuis plus de 40 ans en Papouasie. On estime les morts entre 500 et 800 000, presque 20 à 25% de la population autochtone. 

    Je vous plante rapidement le décor : l’île de Papouasie, la 3ième plus grande du monde et une des plus riches en ressources naturelles, est divisée en deux. A l’est, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, ancienne possession australienne devenue indépendante (tout en restant dans le Commonwealth), c’est la plus peuplée et la plus développée qui vit des jours relativement tranquilles. A l’ouest, la Papouasie indonésienne, ancienne colonie hollandaise, donnée à l’Indonésie lors de son indépendance, qui y commet un génocide en bonne et due forme dans l’indifférence générale.


    A l’origine de ce génocide, une volonté farouche de mater un peuple ancestral opposé au pillage de ses ressources et à son "grand remplacement". Pas réellement une nouveauté de la part d’une Indonésie, premier pays musulman de la planète et 4ième plus peuplé du monde, déjà  responsable d’un autre génocide dans l’île voisine du Timor Oriental, elle aussi majoritairement chrétienne. 


    Ce grand remplacement à la sauce tibétaine (les papous ne sont plus maintenant que 50% au profit d’immigrés asiatiques indonésiens), s’accompagne évidemment de conversions forcées à l’islam. Majoritairement chrétiens (moitié cathos, moitié protestants), les papous doivent se convertir, permettant ainsi aux médias musulmans du monde entier de se féliciter de la progression fulgurante de leur religion en Océanie,.. no comment ! 

    Les Papous convertis de force à l'islam
    Evidemment une rébellion papoue s’est organisée mais elle ne fait pas le poids face au rouleau compresseur indonésien. La pauvre guérilla de l’ "Organisation pour une Papouasie libre" fait pâle figure avec ses armes rudimentaires (dont certaines datent de la seconde guerre mondiale) ou ses armes traditionnelles (Arc, lances, haches,…). Ce dénuement suffit à tordre le cou aux rumeurs de financement ou d’aide militaire venue de l’extérieur, la propagande indonésienne fonctionne à bloc. 

    Résistance Papou
    L’armée s’en donne à cœur joie face à une peuplade sans défense : brutalités, viols, tortures, villages brûlés, prisons,... forment le quotidien. Le dernier grand porte-parole de la cause papoue, Theys Hiyo Eluay, a été tout simplement enlevé et abattu par les forces spéciales indonésiennes, en 2001. Les journalistes occidentaux sont interdits de séjour, comme l’affaire récente des deux journalistes français arrêtés (>> voir article du Monde), et les seules manifestations autorisées sont sévèrement réprimées dans le sang.


    Quand on songe que ce pays refuse de reconnaître Israël et fait parti de ces dictatures islamiques en première ligne pour venir donner des leçons de morales sur le traitement des pauvres palestiniens…. Putain, on croit rêver !


    Le Droitiste


    0 0


    Là c’est la boulette, le dérapage en beauté, la fausse note après 8 ans d’effort pour ne pas tomber dans le Alain Soral ou le Thierry Messan de bas étage. C’était sur sa page facebook ce soir, admirez le travail ! On se demande si c’est vrai, tellement c’est énorme, aussi bien dans le raccourci acerbe, la comparaison idiote et la conclusion fumeuse. 

    François Asselineau quand même ! Celui aux costards propres, aux argumentaires documentés, le conférencier aguerri, l’expert en géopolitique, le président d’un parti aux ambitions nationales ! ! !

    Le triste sire répondait à l’intervention d’un internaute, scandalisé par l’article contre le Daïla-lama publié sur sa page facebook. Il était au alentour de 20h, à se demander si le gourou de l’UPR ne sortait pas d’un repas un peu trop aviné ou était sous le coup d’une prise excessive de lexomil, suite à sa nouvelle branlée électorale.

    C’est comme le café Maxell : « pas la peine d’en rajouter ! ». On continuera quand même à aller faire un tour sur sa page pour se sensibiliser à la névrose complotiste, phénomène d’actualité. On attend avec impatience, l’explication sur Jean-Paul II, agent de la CIA.

    Le Droitiste

    PS : nous sommes le lendemain et je viens de constater sur sa page facebook, que ses interventions sont désormais signées avec la mention "Equipe UPR", qui n'existait pas avant. Le truc pour tenter de faire croire que ce n'est pas directement lui l'auteur des messages sur cette page. La bonne nouvelle, c'est qu'il lit mon modeste blog de rien du tout... c'est dire ses priorités de futur chef d'état !


    0 0
  • 04/22/15--02:21: Enfin une ZAD de droite !

  • Les gauchistes ont toujours leur rêve de micronation offshore façon "Sealand" ou "Radio Caroline" (qui a inspiré le film "Good Morning England"), les droitistes peuvent dorénavant rêver à leur micronation grâce à Vít Jedlička. 

    Ron Paul en rêve, les geeks de Californie y réfléchissent (>> voir article de l’Obs), Vít Jedlička l’a fait : déclarer la première nation libertarienne au Monde. Et à en juger par ses discours et sa présentation personnelle, on est plus proche du libertarien de droite, tourné vers le vrai libéralisme économique, que du libertarien type anti- autoritariste teinté d'une vision libertaire.


    Le pays s’appelle Liberland et est situé entre la frontière croate et serbe, plus précisément sur le Danube qui en trace la limite. En effet, à cet endroit le fleuve forme des zones inondables dont les deux pays se disputent la paternité sans pour autant obtenir gain de cause ; donc à défaut, personne en est vraiment propriétaire et ce bout de terre déclaré «terra nullius». C’est là qu’intervient notre Vít Jedlička, un tchèque amoureux de la libre entreprise et anti-taxes : il décide d’y planter son drapeau, de s’auto-proclamer président et d’appeler les internautes à rejoindre son nouveau pays. Au menu, un pays où seront interdits les extrémistes socialisants (communistes et nationaux-socialistes), un pays limitant les restrictions et les réglementations en tout genre, un pays avec une monnaie libre (Bitcoin).


    Tout ceci est utopique et n’a rien de sérieux, mais j’avais envie d’en parler parceque j’en ai juste marre de tout ce folklore, relayé à travers nos médias culturels, autour du mythe d’un paradis à construire à la mode gauchisante, genre le film "La Plage" ou "Into the Wild",... Une propagande qui finit par trouver sa concrétisation aux travers des fameuses ZAD.

    Il temps pour les droitistes de populariser leur vision du paradis sur terre ! Qui sait, peut-être qu’un réalisateur de droite, genre Clint Eastwood, en fera un film !

    Le Droitiste



    0 0


    Après la dérive antisémite de France2 dans "Complément d’Enquête" (>> voir mon ancien article), c’est au tour de Canal+ dans "Lundi Investigation". Toujours le même procédé, on laisse diffuser un propos antisémite odieux lors d’une interview sans la moindre protestation, ou avec une complicité bienveillante, au nom de la sacro-sainte liberté d’expression du malaise des banlieues.

    C’était lundi dernier (20 avril) dans le reportage intitulé "Danse avec le FN". Il faut aller directement à la fin de l’émission où le journaliste, Paul Moirera, interviewe dans la rue le rappeur Edel Hardiess, censé incarner cette banlieue qui vote FN ! ! Voici sa réponse : « Le seul parti politique français qui n’est pas invité au dîner du CRIF, c’est le FN ! Le seul parti politique français qui n’est pas invité en Israël, c’est le FN ! Voilà, on a tout dit ! ». Et là, réponse ambiguë, voire à demi complaisante de Paul Moreira : « Est-ce que vous n’avez pas l’impression de jouer avec le feu ?». Vous noterez au passage qu’au milieu de la tirade d’Edel Hardiess, Moreira lâche : « Oui, bien sûr ! ».

    Allez à directement à 1:27:00 dans la vidéo !

    A la rigueur, si cette réplique antisémite avait été lâchée dans une émission consacrée à l’antisémitisme des banlieues, le propos aurait pu être raccord avec le sujet traité, or là c’était justement une émission spécialement consacrée à dénoncer les phobies xénophobes, voire racistes, des électeurs du FN. 

    Là, où Paul Moirera va passer 1h20 à jouer au flic de la pensée auprès de 3 pauvres électeurs FN d’origine européenne (c’est ce qu’il faut comprendre puisqu’il présente Edel Hardiess comme « d’origine africaine et d’origine musulmane » ! !) , il ne passera pas une seconde à contredire le propos antisémite, à rendre jaloux Roland Dumas. 

    On était en droit d’attendre de sa part une phrase d’indignation du genre « Vous sous-entendez que les juifs dirigent la France ? » ou « C’est un peu antisémite votre truc ! », non rien ! Juste un « Est-ce que vous n’avez pas l’impression de jouer avec le feu ?». Quel feu ? Celui de véhiculer des idées antisémites ou celui de voter FN ? Apparemment, c’est plus le second qui l’ennuie !

    Ah, ces journalistes de Canal+, toujours là pour jouer les redresseurs de tord auprès d’électeurs paumés et fragiles, limite caricaturaux, mais moins courageux pour aller tenir tête à la racaille ! Pas bobos pour rien !

    Le Droitiste

    0 0
  • 05/04/15--15:24: Israël vintage

  • Lassé des visuels de propagande palestinienne qui inondent… heu, qui pourrissent… le web, je me suis mis dans l’idée de chercher l’équivalent côté israélien.
    Malheureusement je n’ai rien trouvé de véritablement récent, au contraire j’ai découvert une foison d’affiches historiques avec une période glorieuse au moment de l’appel à la installation et la reconstruction d’Israël.
    Un truc à vous foutre la nostalgie du passé avec ce côté vintage patriotique. Je vous laisse découvrir les 150 affiches >> sur cette page

    DIAPORAMA

    Le Droitiste

    0 0

    Défilé du Front Rouge à Berlin
    Avec les célébrations du 70e anniversaire de la fin de la 2nd guerre mondiale, c’est l’occasion d’un retour sur une période de l’histoire moderne pas souvent bien expliquée, voire même volontairement amputée. 

    Avant l’avènement d’internet (et hormis l’école où on nous a gavé de propagande gauchisante), il fallait carrément prendre des journées entières dans les bibliothèques pour tenter de comprendre cette période et essayer de maîtriser un peu le sujet. Maintenant avec internet, la donne a changé, et en quelques clics on dispose d’une masse d’infos pertinentes et souvent oubliées.

    Comme celle-là : La Ligue des combattants du Front Rouge (Roter Frontkämpferbund Bund ou "RFB"). Cela vous dit quelque chose ? Non ! Tu m’étonnes ! Par contre, je suis certains que vous devez connaître les funestes Section d’Assaut (Sturm Abteilungou ou "SA") et les Escadron de protection (Schutzstaffel ou "SS"), il y en a plein les livres d’histoire au chapitre sur l’avènement du nazisme. Et pourtant, la Ligue des combattants du Front Rouge a largement contribué aussi à la mise sur orbite du nazisme en Allemagne.

    Les sections du Front Rouge avec bâton à la main
    La RFB n’était rien d’autre que le pendant des SA et des SS mais côté communiste. Une milice paramilitaire en uniforme (casquette de Lénine, veste grise cintrée d’une ceinture noire, culotte de cheval et bottes noires) chargée de faire régler l’ordre rouge dans les rues allemandes… enfin disons plutôt le désordre, celui voulu par le Parti Communiste Allemand de l’époque (le fameux KPD - Kommunistische Partei Deutschlands) qui misait sur le chaos institutionnel pour changer l’ordre bourgeois et pousser l’électeur modéré à voter aux extrêmes. 

    Camp de la jeunesse du Front Rouge
    Comme les nazis, ils défilaient au pas et en bon ordre avec fanfares et drapeaux, le point en l’air. C’était un peu moins soigné que les parades nazis mais cela le faisait bien quand même. La RFB possédait aussi sa propre organisation de jeunes (Front Rouge de la Jeunesse) et sa structure pour femmes (Ligue des Femmes du Front Rouge). Ses troupes d’élite étaient constituées d’anciens Marins qui avaient combattu au cours de la Révolution de novembre 1918 (Les Marins Rouges). Là, je ne vous parle pas de quelques milliers de provocateurs mais d’une véritable armée de plus de 100 000 hommes (jusqu’à 130 000 en 1929). 

    Les fanfares qui accompagnent les défilés
    Justement au sujet de la stratégie pro-nazi des communistes, il faut absolument lire ces lignes... en plus, elles ne sont pas de moi, donc moins suspectes de partialité. C’est sur la page wikipédia dédiée au "Parti communiste d’Allemagne", chapitre 1919-1933 : 
    En 1931-1932, le KPD et le parti nazi NSDAP mènent des actions parallèles et parfois concertées afin de renverser la République de Weimar : le référendum contre le gouvernement social-démocrate de Prusse en août 1931, la motion de censure contre le gouvernement social-démocrate de Prusse en mars 1932, la motion provoquant la dissolution du Parlement allemand de juillet 1932, la grève commune des transports de Berlin en novembre 1932.
    Certains historiens soulignent également une attitude ambivalente à la base du parti. D'un côté, des combats de rue sans concession entre militants nazis et militants communistes. En 1931, on relève ainsi la mort de 103 militants communistes et de 79 militants nazis. De l'autre, une partie de la base prolétarienne oscille entre le parti communiste et le parti nazi. Le parti communiste tente à plusieurs reprises de séduire la gauche nazie et en particulier les SA. Le cas le plus célèbre est celui de Richard Scheringer, héros nazi, converti au communisme et futur dirigeant communiste ouest-allemand après 1945.
    Au total, et malgré le martyre que subira le parti sous le Troisième Reich, certains historiens ont jugé très sévèrement la stratégie du Parti communiste allemand face au nazisme. L'historien du socialisme Jacques Droz écrit ainsi : « De cette évolution qui aboutissait à l’effondrement des deux grands partis de la gauche allemande, c’est incontestablement le Parti communiste qui porte la plus lourde responsabilité. En dénonçant la social-démocratie, et non le nazisme, comme l’ennemi à abattre, il avait certes contribué à assouvir les haines personnelles de Staline, mais il avait fait preuve d’une servilité et d’une cécité dont l’histoire doit lui demander compte ».
    Lors d’un défilé de mai 1929, nos fachos rouges pousseront le bouchon trop loin avec 30 morts, du coup le gouvernement de l’époque prononce leur dissolution. Peine perdue, ils iront tous rejoindre une organisation déjà en place, autre officine du Parti Communiste Allemand, pour continuer leur basse besogne : La ligue de combat contre le fascisme (Kampfbund gegen den Faschismus).

    Le siège des sections ANTIFA
    Toujours le même mode opératoire avec des sections partout dans le pays et des défilés façon service d’ordre. Là, ça va peut-être vous parler, surtout leur drapeau. Oui, exactement le même que nos ANTIFA de maintenant,… comme quoi, les années passent mais les méthodes restent : semer le chaos pour faire voter aux extrêmes. AntiFA/FrontRouge (ou de Gauche) et SuperFA sont les deux faces d’une même pièce, l’un ne peut pas exister sans l’autre, quand ils ne s'allient pas directement comme lors du pacte Germano-Soviétique.

    Le Droitiste

    J'ai mis leur musique de défilé en vidéo,
    c'est plus parlant !



    0 0


    Mes détracteurs me traitent volontiers «d’anticommuniste primaire», de «mec qui voit encore des cocos partout». Ils m’accusent d’être un has-been réac, me demandant si je porte encore mon badge "Solidarność" et si j’écoute toujours "Vladimir Ilitch" de Michel Sardou... bref, le prototype du mec sorti du formol après 25 ans d’absence  !

    Soyons fou, admettons que cela soit vrai ! Je me réveille un beau jour de mai 2015 et je cherche à savoir ce qu’est devenu le communisme en mon absence. Un ami m’explique internet et je commence mon enquête. Là, je découvre que :
    - 5 pays sont encore officiellement communistes : Chine, Corée du Nord, Viet Nam, Laos, Cuba.
    - 3 pays sont toujours dirigés par une junte militaire (ou un dictateur) d’origine marxiste :
    Birmanie, Algérie (FLN), Zimbabwe (Mugabe).
    - 4 pays sont dirigés par un parti officiellement marxiste :
    Vénézuela (PSUV), Bolivie (MAS), Equateur (Alianza País), Nicaragua (FSLN).
    - 10 pays sont administrés par un parti d’obédience socialiste-marxiste :
    Grèce (Syriza), Afrique du Sud (ANC), Mozambique (MPLA), Namibie (SWAPO), Angola (MPLA), Tanzanie (CCM), Congo (PCT), Ethiopie (OPDO), Guinée-Bissau (PAIGC), Népal (PCUN-M)
    … je vous épargne la longue liste des noms de la 100aine de "Parti Communiste" encore existants dans chaque pays sous ce vocable criminogène, chargés de continuer à distiller la haine de classe et de l’Occident.
    Les islamistes n’ont qu’à bien se tenir, ils ont encore du chemin à parcourir pour égaler les rouges dans leur capacité mondiale de nuisance. Encore que cela viendra, surtout si les deux se donnent la main, comme en rêve les adeptes de la "Réconciliation" entre frustrés du système.

    Allez, voici 20 photos pour calmer ceux qui me saoulent à longueur d’échange avec : «Le communisme est mort !».
    --------------------------------------------------
    20 guérillas officiellement marxites qui pratiquent encore
    la violence et refusent le processus démocratique.





















    Le Droitiste

    0 0


    Ben oui, pourquoi ? 

    Si le Vatican veut vraiment faire preuve de courage, il devrait plutôt opter pour cet autre pays arabe imaginaire, reconnu par aucun pays d’Occident. Là, c’est précurseur, téméraire… on dirait : «respect » !

    Si c’est pour récompenser, à titre posthume, le travail de manipulation de l’ancienne URSS qui a inventé de toute pièce des pays (comme elle l’avait fait pour la néo-Palestine contemporaine), autant choisir le Sahara occidental moins connu !

    Si c’est pour tenter d’épater la galerie avec de la pleurniche humanitaire, il y a tout ce qu’il faut avec les presque 100 000 réfugiés sahraouis, créés artificiellement, dans le camp de Tindouf. En plus, comme en Palestine, l’aide humanitaire européenne est détournée par leur propre milice du Front Polisario (>> lire article du Monde). 

    Si c’est pour condamner la construction d’un mur de la honte, celui du Maroc fait largement l’affaire  puisqu’il dépasse de 1990 km celui en Cisjordanie (2 720 km contre 730 km).

    Si c’est pour éviter une radicalisation islamiste des soi-disant "colonisés", l’entrisme de AQMI chez les sahraouis fait peser un danger largement aussi grand sur tout l’ouest du maghreb.

    Si c’est pour calmer l’ingérence d’un puissant pays voisin expansionniste et menaçant pour la région, l’Algérie fait aussi bien l’affaire que l’Iran.

    Si c’est pour la couleur du drapeau (qui sait… un coup de cœur d’un pape jésuite de gauche, natif du même pays que le Che), le drapeau sahraoui est le même que celui de la Palestine.

    Non, le Vatican préfère se joindre à la meute et imiter l’aboiement du hyène anti-sioniste. Tellement tendance, tellement "modern pape" !

    Bon, il y a quand même une très une bonne nouvelle lorsqu’on évoque le Sahara occidental : figurez-vous qu’en 15 ans, 44 pays sur 84 ont retiré leur reconnaissance accordée à ce pays imaginaire. De quoi encourager Israël à ne rien lâcher, face à ce phénomène de mode qu’est l’antisémitisme feutré.

    Le Droitiste

    Rajout : On découvre que le Maroc a invoqué un vieux lien l’allégeance pré-colonial de tribus sahraouis au royaume chérifien pour légitimer son bon droit. Par contre, quand Israël invoque son passé biblique historique, tout le monde hurle au scandale !!!

(Page 1) | 2 | 3 | .... | 6 | newer